De l'Influence de l'eau de mer sur la régularité du

Suprême Conseille 33 de Charleston

Revue HIRAM, October 1907 Paris

Très habile en stratagèmes culinaires, le général Albert Pike a cuisiné bien des sauces, dans l'espoir de faire avaler aux maçons crédules la fameuse couleuvre, d'apparence américaine, connue sous le nom symbolique de Constitution de Frédéric II.

Grosse affaire, car il s'agissait d'établir, une fois pour toutes, la régularité du Sup:. Cons:. de Charleston, père du Sup:. Cons:. de France et autocrate de la Maconnerie universelle.

Charleston on devenu le pendant de Rome, Pike pourrait coiffer la tiare de Saint-père des Francs-Maçons.

Maniant la plume avec dextérité, doué d'un remarquable talent de controversiste, n'ignorant pas que le maçon qui ne sait rien se croit instruit dès qu'on lui enseigne des contes bleus en guise d'histoire, possédant en plus les capitaux nécessaires a l'impression perpétuelle de raisonnements fantastiques et étourdissants destinés à lasser la riposte la mieux documentée, il finit par éblouir les loustics intéressés à sa gloire ; quelques badauds admirèrent sa faconde, et un célèbre enfant de la Cannebière, inventeur des villes sous-lacustres, couronna ce bel enthousiasme en décernant à l'illustre général le titre auguste auquel il aspirait tant.

Laissons de côté les milliers de pages que le « Pape des Francs-Maçons » a écrites pour convaincre ses amis et les sots de l'authenticité de la charte de Frédéric II ; remontons aux faits de la cause et tâchons de remettre toute choses au point.

Entre 1736 et 1740, un régime maçonnique - dit de Ramsay et que de F:. Ragon assure avoir été composé sous une inspiration jésuitico-templière - fait son apparition en France. Son but secret est la restauration des Stuarts et le rétablissement du romanisme en Angleterre (I). A ce moment « Edimbourg n'est pas autre chose que le Collège des jésuites de Clermont, à Saint-Germain-en-Laye » (2), et « les cérémonies catholiques sont données comme les hauts grades de l'Ordre et comme imitant celles de l'Ordre de Saint-André du Chardon » (3).

En 1754, le Chapitre de Clermont, preparé de longue main à Edimbourg, sort de l'ombre, mis au jour par un pseudo-chevalier de Bonneville, dont la biographie n'existe nulle part. Ce Chapitre, de hauts grades est la continuation, sous une autre forme, du régime templier dit de Ramsay.

Le 4 juillet 1755, des Statuts, composés de 44 articles, sont adoptés parla Grande Loge de France - laquelle alors n'a rien de commun avec le système maçonnique anglais - et la suprématie des grades du Chapitre de Clermont est proclamée. « De la teneur de plusieurs articles - dit le F:. Findel - il ressort clairement qu'ils sont conçus en faveur des catholiques, et l'article II, en particulier, porte que le récipiendaire doit être baptisé. »(4).

I. Ragon, Orthodoxie maç.-., p. 114-115 ; Henri Martin, -Hist. de France, XV, 399 ; Findel, Hist. de la Fran:. Mac:. vol. I, P- 249; Clavel, Hist. pitt. de la Fr:. Maç:., p, 107
Manuscrit, du F:. Prince de Hesse, etc., etc.

2. Manuscrits du F:. Prince de Hesse.

3.Manuscrits du F:. Prince de Hesse.

4. Hist. de la Fr:.,Waç. -., vol. I, p. 255. Les Statuts ont été reproduits par Gould.

 


HOME - INDEX

The Ancient and Primitive Rite

"Preserving the ancient mysteries of masonry"

For additional information on the Regular Masonic Body of the Rite:

E-mail: ssanctuary@gmail.com

www.sovereignsanctuary.org.uk